En dehors des formations de plongeur bio, les cursus de formation aux différents niveaux de plongeur (niveaux 1 à 4) incluent une partie « connaissance de l’environnement subaquatique » sommaire et minimale, ne serait-ce que pour être capable de respecter le milieu visité.

Au niveau 1

  • Technique : « Aisance aquatique : Réalisation de déplacements équilibrés, sans appui, avec un palmage et une stabilisation maitrisés. »
  • Comportement : « Le plongeur évolue en limitant son impact sur l’environnement. Il développe sa capacité d’observation. »
  • Théorie :
    • « Connaissance du milieu (faune et flore courantes, risques et dangers du milieu).
    • Connaissance liée au respect de l’environnement, à l’impact du plongeur sur le milieu (respect de la tranquillité de la faune, absence de dégradation).
    • Présentation de la Charte internationale du plongeur responsable. »

Au niveau 2

  • Technique : « Aisance aquatique : Réalisation de déplacements équilibrés, sans appui, avec un palmage et une stabilisation maitrisés. »
  • Comportement : « Le plongeur évolue en limitant son impact sur l’environnement. Il adopte une attitude respectueuse à l’égard de la faune et de la flore : il limite l’éclairage et les nuisances sonores, il est le plus discret possible, il refuse le nourrissage. Il développe sa capacité d’observation. »
  • Théorie :
    • « Connaissance du milieu (faune et flore courantes, risques et dangers du milieu).
    • Connaissance liée au respect de l’environnement, à l’impact du plongeur sur le milieu (respect de la tranquillité de la faune, absence de dégradation).
    • Présentation de la Charte internationale du plongeur responsable. »

Au niveau 3

  • Technique : « Perfectionnement des acquis du PA20 dans la réalisation de déplacements équilibrés, sans appui, avec un palmage et une stabilisation maitrisés. »
  • Comportement : « Le plongeur évolue en limitant son impact sur l’environnement. Il adopte une attitude respectueuse à l’égard de la faune et de la flore : il limite l’éclairage et les nuisances sonores, il est le plus discret possible, il refuse le nourrissage. Il développe sa capacité d’observation. »
  • Théorie :
    • « Connaissance du milieu (faune et flore courantes, risques et dangers du milieu).
    • Connaissance liée au respect de l’environnement, à l’impact du plongeur sur le milieu (respect de la tranquillité de la faune, absence de dégradation).
    • Présentation de la Charte internationale du plongeur responsable. »

Au niveau 4

Epreuve n° 4 de « guide de palanquée »

  • Pendant l’immersion : « Agrémenter la plongée : Le GP met en valeur les ressources du site (faune, flore, relief, etc.). Il respecte l’environnement et s’implique dans une action éducative. Le jury évalue : sa capacité à exploiter les ressources du site, et l’exemplarité de son comportement sous l’eau. »
  • Après l’immersion : « Assurer le débriefing, commenter le déroulement de la plongée : Le GP reprend les faits marquants de la plongée et donne des informations sur les éléments observés. »

Compétence 15 « Environnement – Connaître et respecter l’environnement subaquatique » :

Connaissances Commentaires et évaluation
Evoluer en limitant son impact sur le milieu. – Le GP est un exemple pour les plongeurs qu’il encadre. Il évolue sans perturber le milieu, ni déranger les espèces. Il doit savoir :
Maîtriser sa stabilisation, son palmage et sa ventilation.
Fixer ses accessoires de façon à éviter qu’ils n’endommagent le milieu : détendeur de secours, lampe, phare, parachute, appareils photo-vidéo, etc.
– Evaluation : épreuve N°4 « conduite de palanquée ».
Faire preuve de techniques d’approche propices à l’observation. – Adapter sa vitesse de palmage, choisir sa position par rapport aux plongeurs guidés et s’équiper de matériel (lampe, planchettes…) afin de favoriser l’observation de chacun.
– Maîtriser les instruments sources  de perturbations (lumière, bruit, bulle).
– Evaluation : épreuve N°4 « conduite de palanquée ».
Connaître la charte internationale du plongeur responsable. – Appliquer les gestes et attitudes décrites dans les chartes mer et eau douce.
– Identifier les comportements inadéquats et les corriger.
– Evaluation : épreuve N°4 « conduite de palanquée ».
Commenter l’environnement subaquatique. – Décrire l’environnement du site sur  lequel il évolue (milieu marin ou eau douce), ainsi que la faune et la flore.
– Savoir répondre simplement aux questions courantes des plongeurs :
Connaître les noms communs des espèces animales et végétales rencontrées.
Pouvoir fournir de brèves explications sur leur comportement, leur mode de vie et leur habitat.
– Connaître la réglementation concernant la protection du milieu : les aires marines protégées et les espèces protégées.
– Evaluation : épreuve N°4 « conduite de palanquée ».
 Savoir préparer une sortie. – S’informe sur le contexte environnemental de la région, du pays, sur les milieux et les espèces rencontrées, leur fragilité, leur dangerosité, sur leur comportement et leur statut de protection.
– Limiter l’impact du mouillage sur les fonds, par l’utilisation d’un parachute d’ancre ou tout autre moyen, lorsqu’il aide le DP ou lorsqu’il organise des sorties en autonomie.
Quelles sont les connaissances de biologie sous-marine à avoir à chaque niveau de plongée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.