Outils pour utilisateurs

Outils du site


coronavirus_et_plongee

Coronavirus et plongée

La pratique de la plongée sous-marine par les personnes atteintes de la maladie à coronavirus 2019 (Covid-19) n'a pas fait l'objet d'études spécifiques à l'heure actuelle.

Comme pour la majorité des atteintes physiologiques, et notamment respiratoires, il est plus prudent de reporter toute pratique de l'activité (plongée en scaphandre, apnée, etc.) et de consulter un médecin spécialiste (pneumologue).

Risques physiologiques

La maladie à coronavirus Covid-19 provoque chez les malades des symptômes proches de la grippe1). Certains de ces symptômes sont incompatibles avec la pratique d'une activité subaquatique, car ils constituent notamment un facteur favorisant la survenue d'accidents de plongée :

  • des difficultés ou une gêne respiratoires,
  • une toux,
  • des maux de tête,
  • une fatigue.

En cas de suspicion d'une possible infection, il est nécessaire de consulter un professionnel de santé. Dans le doute, il est préférable de s'abstenir de toute pratique de l'activité.

Risques de transmission du virus

Contamination d'autres individus

La plongée ne doit jamais se pratiquer seul, au sein d'un groupe. Par nature, la discipline favorise les regroupements de personnes et leur interaction, avant, pendant et après la phase immergée.

Pendant la plongée

La transmission par l'eau du coronavirus n'a pas été constatée (ce qui ne prouve pas qu'elle soit impossible).

L'eau des piscines et fosses de plongée est traitée avec des produits antiseptiques en permanence pour protéger les baigneurs2). Cette désinfection se fait majoritairement à base de chlore, ou plus rarement d'ozone ou de brome. Ces produits ne permettent pas au coronavirus de survivre dans l'eau. En revanche, pour les malades, la baignade dans l'eau chlorée ne permet pas de tuer le coronavirus3).

Avant et après la plongée

Le risque de transmission du coronavirus avant et après les phases immergées est réel (sur le bateau, dans les vestiaires, au bar ou au restaurant après la plongée). La transmission peut être directe (toucher, toussotement) ou indirecte (via la manipulation du matériel ou le toucher d'une surface successivement par plusieurs personnes).

Les surfaces des piscines et fosses de plongée (vestiaires, sol, poignées de portes) peuvent être traitées par application de chlore ou d'alcool afin de réduire le risque de propagation du virus4).

Contamination de l'écosystème marin

La transmission du virus à d'autres espèces animales ou végétales n'a pas été étudiée.

Restrictions mises en place pendant l'épidémie

Toutes les compétitions sportives nationales, régionales et départementales gérées par la FFESSM sont annulées à partir du vendredi 13 mars 2020 et jusqu'à nouvel ordre, par décision du président de la fédération5).

Les piscines et fosses de plongée municipales sont fermées à partir du 16 mars 2020 et jusqu'à nouvel ordre, en application des consignes de l'Etat concernant les établissements sportifs.

Le 13 mars 2020 est annoncée l'interdiction des rassemblements de plus de cent personnes. La limite est fixée à cinquante personnes dans le Bas-Rhin. Ces consignes impactent la vie des clubs pour les séances sportives, les sorties ou les divers événements organisés (fêtes, assemblées générales).

Le 14 mars 2020, le Premier ministre annonce la fermeture à minuit de tous les “lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays” afin de favoriser la “distanciation sociale” et de freiner la propagation du virus6). Il recommande de “ne sortir de chez soi que pour faire ses courses essentielles, faire un peu d’exercice ou voter”.

L'arrêté du 14 mars 2020 spécifie le détail de ces annonces : “Ne peuvent plus accueillir du public jusqu'au 15 avril 2020 : […] au titre de la catégorie X : Etablissements sportifs couverts”7).

coronavirus_et_plongee.txt · Dernière modification: le 25/04/2020 à 16h53 de webmaster