Outils pour utilisateurs

Outils du site


avion_apres_la_plongee

Avion après la plongée

Prendre l'avion après une plongée ne peut se faire qu'en observant un certain délai afin de diminuer les risques d'accident de décompression (tout comme il faut observer un délai avant de monter en altitude).

En effet, les cabines des avions de ligne sont pressurisées à 0,8 bar (soit 0,2 bar de moins que la pression atmosphérique). Soumettre l'organisme à cette faible pression immédiatement après la plongée provoquerait les mêmes effets qu'une remontée rapide en cours de plongée.

Ainsi, lors d'une semaine de stage de plongée dans une destination lointaine, il est souvent fait en sorte que le dernier jour (avant le vol du retour) soit une journée de repos, de visites, de détente.

Mécanisme

En prenant l'avion immédiatement après la dernière plongée, le plongeur soumet son corps à la faible pression qui règne dans la cabine. Pourtant, la désaturation des tissus et liquides de son corps n'est pas terminée. Or, la quantité maximale de gaz qui peut être dissoute dans l'organisme dépend de la pression (conformément à la loi de Henry), donc elle diminue. La quantité de gaz dissous est alors plus importante que la quantité maximale qui peut être dissoute : c'est l'état de sursaturation. Le gaz cherche donc à s'échapper, par échanges gazeux avec l'air respiré, au niveau des alvéoles pulmonaires : la désaturation continue. Si la quantité de gaz dissous est vraiment trop supérieure à la quantité maximale qui peut être dissoute (c'est-à-dire, au-delà de l'état de sursaturation critique), le gaz risque de former des bulles dans l'organisme dans des tissus et liquides.

Observer un certain délai avant de prendre l'avion permet à l'organisme de terminer sa désaturation, en évacuant l'azote qu'il a emmagasiné pendant la plongée.

Délais à respecter

Le délai à respecter diffère selon les sources.

Ordinateurs de plongée

Les ordinateurs indiquent généralement un temps d'interdiction de vol (“no fly time”), qui n'est pas forcément fondé sur un calcul à partir du modèle de désaturation, mais parfois une convention fixe :

  • Les ordinateurs Mares donnent un temps de 12 heures dans le cas de plongées non successives et sans décompression (c'est-à-dire sans paliers), et 24 heures dans le cas de plongées successives ou avec décompression (convention NOAA).
  • Les ordinateurs Cressi donnent un temps de 12 heures dans le cas de plongées non successives et sans décompression (c'est-à-dire sans paliers), 24 heures dans le cas de plongées successives ou avec décompression, et 48 heures en cas de “graves erreurs” au cours de la plongée ou d'utilisation de l'ordinateur en mode profondimètre.
  • Les ordinateurs Scubapro calculent ce temps par le modèle de décompression.
  • Les ordinateurs Suunto donnent par défaut un temps de 12 heures, sauf si le temps de désaturation complète est plus élevé, et 48 heures en cas de plongée en mode “erreur permanente” et en mode profondimètre.

Tables

Recommandations d'organismes

  • Le Divers Alert Network (DAN) donne un temps de 12 heures dans le cas de plongées uniques, 18 heures pour des plongées multiples, et “un temps substantiellement plus long que 18 heures” dans le cas de plongées avec décompression.
  • L'organisme américain PADI suit la recommandation du DAN.
avion_apres_la_plongee.txt · Dernière modification: le 04/09/2020 à 10h34 de webmaster