Les bestioles à problèmes

Espèce (ou groupe d’espèces)RisqueConduite à tenirPrévention
MédusePiqûre qui laisse des cellules urticantes sur la peauRincer à l’eau de mer (surtout pas à l’eau douce)
Saupoudrer de sable sec pour accrocher les résidus de tentacules
Racler la blessure avec un objet plat (une carte de crédit, une lame de couteau) pour ne pas éclater les cellules
Rincer de nouveau à l’eau de mer ou avec un liquide acide (vinaigre)
Vive, rascassePiqûre très douloureuse (jusqu’au malaise), avec potentiel gonflement.Créer un choc thermique en approchant une cigarette de la blessure puis appliquer un glaçon ou de l’eau froide, afin de rendre le venin indolore.Eviter de laisser les mains traîner dans le sable
OursinEnlever les épines à la pince à épiler, sans les casser. Ne pas tenter de les saisir.
Congre, murène, baudroie, roussetteMorsureBien nettoyer la plaie car leurs dents sont sales. La morsure n’est pas venimeuse.Ne pas importuner.
Ne pas mettre la main dans un trou sans s’assurer qu’il n’est pas habité.
PoulpeMorsure venimeuse par le “bec de perroquet”. La blessure peut saigner longtemps. Ne pas importuner.
AnémonePiqûre par filaments invisibles à l’œil nu. Rougeurs, irritations.Ne pas approcher la main.
Cônes, poisson-lion, poisson-pierrePiqûre
Thon, maquereau, moules, huîtres crusIntoxication alimentaire due à ingestion d’algues toxiques par l’espèceVérifier les conditions de consommation.
Crabe, homardPincements

A ces risques s’ajoutent toujours le risque d’un choc allergique.

Cours de biologie (N4)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.