Retour vers le menu du niveau 2

Illustration à venir

Principe

Un parachute de palier est un dispositif gonflable utilisé par les plongeurs en immersion lors du palier de décompression afin de signaler leur position aux embarcations proches et aux personnes assurant la sécurité en surface. Il prend généralement la forme d’un ballon de forme cylindrique, d’une largeur de dix centimètres, d’une hauteur supérieure à un mètre, et de couleur orange (même si des variantes existent), qu’accompagne une corde de quelques mètres.

Technique

Les gestes diffèrent en fonction du type de parachute utilisé. Certains parachutes disposent d’une courte corde de quelques mètres de long à l’extrémité de laquelle est fixée un petit plomb. D’autres disposent de plusieurs dizaines de mètres de corde, logée dans un enrouleur.

Les gestes décrits ci-dessous sont la technique la plus utilisée. Il existe bien entendu des variantes, selon les habitudes et les préférences de chacun.

Avec un parachute à plomb

Les gestes sont :

  1. S’assurer d’être bien stabilisé.
  2. S’assurer que la profondeur n’est pas supérieure à la longueur du fil du parachute (par exemple, ne pas lancer un parachute avec 3 mètres de fil à 6 mètres de profondeur).
  3. Sortir le parachute de sa poche ou le décrocher de son gilet.
  4. Dérouler le parachute.
  5. Dérouler la corde en laissant le plomb tomber en direction du fond.
  6. Sortir son détendeur de secours à l’aide de la main qui est du côté correspondant (par exemple, la gauche), en tenant le parachute de l’autre main (la droite).
  7. Insérer l’embout du détendeur de secours dans la base du parachute.
  8. Effectuer une légère et courte pression sur le bouton de surpression du détendeur afin d’insérer dans le parachute une toute petite quantité d’air. Grâce à la poussée d’Archimède s’appliquant sur ce petit volume d’air, le parachute se déroulera bien droit.
  9. S’assurer que la corde ne passe pas autour d’une jambe, du détendeur de secours, ou de tout autre élément.
  10. Passer un ou deux doigts de la main droite (sur le détendeur) sur le parachute, et descendre la main gauche le long de la corde, juste sous le parachute, en formant autour un O entre le pouce et l’index. La corde défilera dans cet anneau formé par les doigts.
  11. Effectuer une forte pression sur le détendeur pour insérer une grande quantité d’air rapidement. On peut retenir le parachute une seconde mais pas plus. Au même moment, expirer pour garder une stabilisation constante.
  12. Laisser partir le parachute, ne pas chercher à le retenir. L’embout du détendeur de secours sort de la base du parachute tout seul.
  13. Reprendre une respiration normale et s’assurer que l’on est resté à la même profondeur pendant l’opération.

Avec un parachute à enrouleur

Les gestes sont :

  1. S’assurer d’être bien stabilisé.
  2. S’assurer que la profondeur n’est pas supérieure à la longueur du fil du parachute (ce qui n’est généralement pas un problème avec un enrouleur, car la longueur du fil est importante).
  3. Sortir le parachute de sa poche ou le décrocher de son gilet.
  4. Dérouler le parachute.
  5. Positionner le dérouleur entre le pouce et l’index (de la main opposée au côté sur lequel est rangé de détendeur de secours), insérés légèrement de chaque côté du trou central. Ne pas enfiler pleinement (*) le dérouleur sur un doigt.
  6. Sortir son détendeur de secours à l’aide de la main qui est du côté correspondant.
  7. Insérer l’embout du détendeur de secours dans la base du parachute.
  8. Effectuer une légère et courte pression sur le bouton de surpression du détendeur afin d’insérer dans le parachute une toute petite quantité d’air. Grâce à la poussée d’Archimède s’appliquant sur ce petit volume d’air, le parachute se déroulera bien droit.
  9. S’assurer que la corde n’est pas déjà déroulée et ne passe pas autour d’une jambe, du détendeur de secours, ou de tout autre élément.
  10. Effectuer une forte pression sur le détendeur pour insérer une grande quantité d’air rapidement. Laisser la bobine se dérouler en tournant autour de l’axe joignant l’index et le pouce, légèrement insérés des deux côtés de l’orifice. Au même moment, expirer pour garder une stabilisation constante.
  11. Laisser partir le parachute, ne pas chercher à le retenir. L’embout du détendeur de secours sort de la base du parachute tout seul.
  12. Reprendre une respiration normale et s’assurer que l’on est resté à la même profondeur pendant l’opération.

Après le lancement du parachute

Pendant le palier, le plongeur portant le parachute doit tendre le fil du parachute afin que ce dernier se tienne droit en surface. L’objectif est d’indiquer au bateau de plongée où va remonter la palanquée. Les autres plongeurs restent groupés autour du porteur du parachute, stabilisés (par ailleurs, il est recommandé d’être en position allongée horizontalement et immobile pendant cette phase de désaturation).

En fin de palier, lors de la remontée, commencer à enrouler progressivement le fil autour du plomb ou de l’enrouleur, en le gardant tendu pour que le parachute reste droit en surface. Cela permet d’éviter de laisser traîner le plomb ou le fil sur le fond. C’est par ailleurs un bon repère pour imposer une vitesse de remontée lente assurant la sécurité des plongeurs !

Lorsque la palanquée arrive en surface, le plongeur portant le parachute doit le maintenir bien droit lors de la nage jusqu’au bateau ou en attendant que ce dernier ne rejoigne leur position. Les plongeurs doivent rester groupés à côté du parachute. L’objectif principal est de les protéger contre toute embarcation qui risquerait de les heurter. L’objectif secondaire est de permettre au bateau de plongée de surveiller leur position à la surface (ce qui n’est pas facile en cas de houle et à distance).

Sécurité

Il ne faut jamais gonfler le parachute sans s’être assuré auparavant de ne pas avoir la corde susceptible de se coincer sur nous (par exemple, en formant une boucle autour d’une palme ou de notre détendeur de secours). Le risque pour le plongeur serait alors de subir une surpression pulmonaire (par blocage réflexe de la respiration à la panique) ou un accident de décompression (en raison de la remontée rapide occasionnée).

Il ne faut jamais accrocher la corde de son parachute sur soi, ou l’enrouler autour de sa main lors de la remontée. En effet, si le parachute se prend dans l’hélice du bateau en surface, la corde peut s’y enrouler et entraîner le plongeur vers la surface à toute vitesse.

Le parachute de palier (N2)

Un avis sur « Le parachute de palier (N2) »

  • 17 novembre 2019 à 18 h 50 min
    Permalien

    Intéressant ! Je fais tourner dans mon club 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.